27 décembre 2006

quelqu'un

Quelqu’un est assis. Quelqu’un a trop chaud. Quelqu’un lit un ouvrage savant.
Quelqu’un se lève. Quelqu’un va répondre à la sonnerie importune du téléphone.
Le cuir garde la trace des fesses et du dos de quelqu’un.
Quelqu’un revient. Quelqu’un se laisse retomber dans son ornière sur le siège.

3 Comments:

Anonymous christian said...

Si nos fesses pouvaient raconter tous ces endroits ou nous avons lu. Les livres laissent des traces, les fesses aussi sans doute !

6:26 PM  
Anonymous amel said...

La vie et ses plis...
Une narration est déjà youte dans cette photo,
Amitiés,
Amel

1:10 AM  
Blogger S.L. said...

Merci à vous deux. Amitiés.
L & J

2:07 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home